Engager la planification écologique

banniere_planification_ecologique_jlm2017.png

Le changement climatique a commencé et s’accélère. Il menace de détruire le seul écosystème compatible avec la vie humaine. Comment passer à un autre mode de production et d’échange ?

Sur cette page, vous contribuez au projet pour le chapitre « Engager la planification écologique »

Pour faciliter la prise en compte de votre proposition, merci de respecter quelques règles au moment de remplir le formulaire ci-dessous :

  • Ne proposez qu’une seule idée par contribution. Si vous voulez proposer plusieurs idées, remplissez plusieurs fois le formulaire.
  • Vérifiez que votre proposition correspond à l’un des thèmes suivants :
    • Energie
    • Transport
    • Déchets
    • Bien communs
    • Agriculture
    • Aménagement du territoire
    • Grands projets inutiles
    • Production
    • Consommation
  • Commencez votre titre par l’un des mots-clés ci-dessus
  • Complétez le titre par une description aussi claire que possible de votre idée

Exemple de titre : « Agriculture : aider les jeunes paysans à s’installer »

Les contributions au projet sont désormais fermées. Rendez-vous dans les actus pour plus d'information sur la suite du processus.

Lire les contributions


Agriculture: urgent! Reprendre le contrôle de la politique agricole du pays...

Toutes les revendications et appels au secours des agriculteurs sont restés sans réponses. Un constat inquiétant: ils ne peuvent plus vivre de leurs métiers. Il apparaît que la PAC orientée par les lobbyistes (bras armés des spéculateurs sur les prix des matières premières) prépare et organise la faillite des agriculteurs. Objectifs: racheter les exploitations et terres agricoles pour se rendre maître des outils et moyens de production agricoles et spéculer sur les prix des terres agricoles. Ils prendront ainsi le pouvoir sur les processus de nourriture de l'humanité de la fin du siècle. Les agriculteurs d'aujourd'hui deviendront les ouvriers de ces multinationales de l'agriculture de demain. Respects citoyens!

Partager

Vive la révolution écologique. Vive la 6ème république. Et vive la France !

L'écologie doit être une priorité chez l'ensemble des habitants de la planète. Les pays riches doivent être exemplaires plus que jamais. Nous devons montrer l'exemple et construire des écoles, des fondations d'apprentissage aux bonnes pratiques écologiques à travers le monde. Les entreprises riches doivent y contribuer.

Partager

Ecologie: une politique du moins

Dans la plupart des secteurs, l'application de la "règle verte" de JLM ne pourra pas se faire uniquement à l'aide de "technologies vertes". La baisse de consommation/activité semble inévitable (et souhaitable!), comme ce qui est prôné par une bonne partie de l'écologie politique. L'impact économique et social peut être amorti dans le présent projet sous l'aspect de la redistribution des richesses, mais l'aspect culturel me semble bloquant pour fédérer nos concitoyens. Ainsi, inciter voire contraindre à la sobriété dans les domaines du transport, chauffage, consommation électrique, consommation courante...etc me semble une idée difficile à accepter pour beaucoup, tant elle remet en cause les modes de vie majoritaires. Une candidature écologiste devrait avant toute chose se demander comment convaincre les citoyens qu'on vivra mieux tous ensemble et plus durablement en "consommant moins, mais mieux".

Partager

Réaménagement du territoire par l'agriculture

Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, le nombre d'agriculteur n'a cessé de diminuer et la taille des exploitations n'a elle cessé de s'accentuer (http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=T13F172). Ce processus poussé par la mécanisation et les progrès technologiques toujours plus forts du secteur, crée du chômage et détruit l'environnement alors qu'une autre façon de voir l'agriculture pourrait produire l'exact contraire. En effet la diminution du nombre d'agriculteur a un impact grave sur la société : la réduction du nombre d'emploi dans les campagnes incite au déplacement de la population vers les centres urbains, qui mécaniquement augmente la distance entre le lieu de la production alimentaire et sa consommation ainsi que l'urbanisation par l'augmentation de la population urbaine (impact écologique, diminution de la surface agricole utile). Ce phénomène réduit encore l'attractivité de ces lieux qui se vident par la disparition progressive de toutes les formes de services (service public, cabinet médical, etc) et donc s'accentue lui-même en renforçant de fait l'attractivité des centres urbains. Une politique agricole basée sur l'agroécologie, qui prônerait la création de petites exploitations agricoles en agriculture biologique voir de micro-fermes par des mécanismes de taxes/subventions couplé à des facilitations/incitations à l'accession à la propriété en zone rurale permettrait d'une part de créer un important gisement d'emploi durable et d'autre part un retour des services dans des zones en proies à leur désertion (double gain : la aussi création d'emploi et augmentation de la qualité de vie en zone rurale). Cette mesure inscrit très bien dans le socle d'une politique forte de relocalisation de l'économie dans le respect de l'environnement.

Partager

Réaction à l'"Audition programmatique #2 : Yann-Hervé De Roeck"

Il est intéressant de constater que ce monsieur a marché sur des œufs semés par le lobby de l'énergie durant toute son audition. Je crois avoir perçu que les solutions de productions énergétiques choisies permettent de focaliser les efforts de recherche et de test sur des technologies "à profits". La planification lui parait impossible car trop de chose lui sont soufflés à l'oreille. Le travail des politiques et des citoyens doivent tendre à un contrôle complet de ces énergies car la priorité est de faire de l'électricité la plus propre possible sans penser de suite à une commercialisation vers les pays voisins. Le bon sens est équivalent à celui de la production rationnelle dans l'alimentaire. Pas de surproduction !!!!!!

Partager

Grands projets

Etant donnée que dans un avenir proche, l'eau sera monté à un tel niveau que nous allons perdre du terrain terrestre. Par ailleurs, le développement de technique lié à la mer est un atout. Je propose donc de bâtir nos nouvelles villes écologique et auto-suffisante (énergie/alimentaire/travail) sur la mer. Je propose de bâtir des villes flottantes qui peux résister bien sur au caprices des mers et des océans mais qui sera auto suffisante pour faire vivre ses citoyens. Elles pourront par la même occasion développer les sciences vers les fonds marins et vers l'espace. Un projet qui n'a pas de limite.

Partager

Planification écologique, pourquoi faire?et avec quelles priorités?

Pour moi et par ordre d'importance : - avoir un environnement bon pour la santé (donc prendre en compte les possibles accidents : nucléaire , chimique , biologique...) - limiter le prélèvement sur les ressources rares et non renouvelable (à échelle humaine, en particulier les ressources fossiles) - favoriser la biodiversité. de cela peut découler : - limiter les pollutions - économiser l'énergie prioritairement au développement des énergies renouvelables. - sortir du nucléaire prioritairement a l'abandon des énergies fossiles. NOTA : le climat a toujours changé et le changement climatique ne s'accélère pas, au contraire d'après le GIEC depuis 1998 il y a pause ou un hiatus dans le réchauffement et le CO2 atmosphérique continue à croitre linéairement ( donc pas d'accélération)

Partager

Energie: créer un pôle recherche dégagé des intérêts économiques et commerçiaux.

Je viens de visionner la vidéo de l'audition programmatique de H.Y.de Roeck. Toutes les solutions expérimentées actuellement sont centrées sur la construction de grosses machines productrices d'énergies pour l'ensemble des usagers. Je pense qu'il faut aussi orienter la recherche pour trouver des solutions créatrices d'énergie au plus près de l'utilisateur (genre photovoltaïque, éolienne etc...). Ces solutions auront l'avantage de réduire les coûts d'investissement et accéléreront les délais de bascule vers les nouvelles énergies. Il faut donc créer un pôle recherche public qui travaillera avec un cahier des charges élaboré par les conseillers et experts gouvernementaux. Respects citoyens!

Partager

Energie ren,ouvelable

Partager

Production: cycle de vie des produits

Aucun produit ne devrait être autorisé à la vente sur le marché français (ou européen) si son fabricant n'a pas prévu: 1) une durée de vie "normale" du produit (différente donc de la garantie) et sur laquelle il s'engage (sanction financière possible si obsolescence programmée) 2) un recyclage/valorisation/réutilisation quand le produit ne fonctionne plus, à la charge du producteur, qu'il réalise lui-même ou via une filière dédiée, pour laquelle il fournira les informations nécessaires au recyclage (composition du produit, notice de démontage...)

Partager

énergies nouvelles renouvelables

La politique européenne sur le sujet est à revoir au vu des résultats obtenus (voir : http://www.geopolitique-electricite.fr/index.html) Il est indispensable de revoir à la baisse les privilèges exorbitants obtenus par les fournisseurs d'électricités solaires et éolienne car elles sont intermittente et les procédés de stockage ne sont pas encore la. Sans cela nous allons devant une panne générale par manque de moyen de production en absence de vent et de soleil suffisant. Il faut aussi rapidement mettre fin au scandale des panneaux photovoltaïques des propriétaires particuliers riches subventionné par les locataires pauvres.En effet l'électricité produite est rachetée en totalité largement au dessus du tarif régulé (y compris quand il y a surproduction), le surcout est facturé par la CSP à tous les usagés. De plus ces heureux propriétaire peuvent consommer au tarif régulé y compris quand il y a déficit de production.Même l'auto consommation est acheté au tarif régulé!

Partager

L'écologie doit être encrée dans la construction de quartiers de vie.

L'écoconstruction doit être le modèle de construction et de rénovation de nos quartiers de vie. Cela doit être l'ADN du monde de la construction et de l'immobilier. Nous devons construire et reconstruire dès maintenant les villes de demain avec l'écologie comme logique de notre existence et des savoir-faires à acquérir à tous les niveaux professionnels.

Partager

Ecologie : Un module à part entière à intégrer dans les programmes scolaires

Il me semble nécessaire de sensibiliser dès le plus jeune âge tous les français sur l'écologie. Les programmes scolaires doivent intégrer un module sur les ressources de la terre. Le fonctionnement de la terre, la mer, la faune, la flore, la gestion des déchets, la consommation d'énergie, l'alimentation doivent constituer les piliers de cet apprentissage. En formant nos plus jeunes, nous éveillerons les consciences collectives et nous remplirons nos objectifs du développement durable. Je suis prêt à développer le sujet en profondeur et à travailler sur ce programme qui doit être élaboré et développé selon les âges ciblés. Amicalement, Kévin

Partager

Energie (Dumping social dans l'industrie nucléaire)

Je pense qu'il faut très rapidement mettre un terme au dumping social exercé dans l'industrie nucléaire sur l'ensemble des salariés les plus précaires, ceux de la sous-traitance . Les exploitants nucléaires (EDF/AREVA/CEA) sont tous en très grandes difficultés financière , de par ce fait ils ne choisissent aujourd'hui pour faire réaliser leurs travaux les plus dangereux , les plus pénibles des entreprises extérieures qui cassent les prix aux détriments des salariés . Ces mauvaise condition de travail sont fort préjudiciable à la sécurité et la sûreté des installations . Nous devons inventer ensemble un statut de haut niveau pour ces salariés qui poursuivrons l'exploitation de ces installations et leur démantèlement .

Partager

Production : l'avenir de l'homme, pas de la planète (elle s’en sortira bien, voir mieux, sans nous)

Je suis reconnaissant aux partis écologistes d’avoir su nous sensibiliser à cette question. Mais ne nous leurrons pas, l’écologie est une part non négligeable d’un programme politique, mais ça ne peut pas être un programme en soi. Par ailleurs, il ne faut pas se tromper. Culpabiliser les citoyens qui utilisent leur voiture, font leurs courses dans les grandes surfaces, … ce n’est pas une solution. Promouvoir les « bio carburants » pendant que la moitié de la planète ne mange pas à sa faim, ça pose question, non ? C’est probablement dans la diversité et la recherche que nous trouverons des solutions. Dans tous les cas, les premiers acteurs de ces changements doivent être ceux qui induisent nos comportements : la grande distribution qui fait que nous avons un volume de déchets supérieur au volume de nos emplettes alimentaires quand nous les « déballons », l’agro alimentaire qui s’industrialise à une échelle sans précédent, le commerce qui va chercher nos vêtements à l’autre bout de la planète, nous pousse à consommer et laisse dans nos campagnes des friches industrielles, l’obsolescence programmée, … Bref, selon moi encore, il faut prendre le problème par le bon bout.

Partager

"transport : pour sortir la voiture de nos paysages qu'elle défigure"

faire des bâtiments parking à étages, à grande contenance, équipés de caméras reliées au commissariat et au téléphone portable des propriétaires des véhicules. Les voitures sont protégées des intempéries ce qui occasionne moins de frais d'entretien des carrosseries. Le ré- de- chaussée est réservé aux vélos, aux vèlib, (collecte des vieux pneus, des huiles de vidanges usagés) services pour recharger les batteries des véhicules électriques (vélos et voitures. Ces parking permettent de libérer énormément d'espace pour faire des pistes cyclables pavées et arborées partout. La mobilité des personnes est ainsi sécurisée, particulièrement celle des enfants qui pratiqueraient plus de vélo (bon pour la santé, moins d'obésité, de maladies cardio vasculaires, bon pour le porte monnaie pas de frais de carburant, bon pour l'environnement). Il serait interdit d'effectuer de long stationnement près des habitations (juste le temps de décharger des objets ou déposer des personnes). On profiterait ainsi de paysages plus agréables, au lieu de voitures à perte de vue, des arbres, des fleurs, des espaces de détentes sécurisés pour les jeux (pétanque, ballon...). Créer des lieux de rencontres pour plus de convivialité, de bien être pour tous. Un abonnement mensuel payé à l'Etat, qui délivrerait une carte d'accès pour chaque usagé.

Partager

Bien-être animal

Nouvelles lois plus dures, et application de ces dîtes lois quant aux maltraitances exercées sur les animaux qu'il s'agisse des animaux dits domestiques ou de ferme (élevage et abattoir). Campagne de stérilisation massive obligatoire des chats et chiens (gratuité ou prix raisonnable), viser ainsi l'arrêts des euthanasie en refuge, restriction de l'élevage des animaux domestiques. Campagnes d'information relatives au problème de la reproduction d'animaux non stérilisés. Interdiction du gavage des oies et canards. Abolition de la tauromachie. Interdiction de détenir des animaux sauvages dans les cirques. Respect de la dignité des animaux de ferme en élevage. Augmentation et promotion des protéines carnées. Interdicton de vendre des animaux en animalerie. La liste est longue et non exhaustive...

Partager

L'agriculture raisonnée

On insiste trop souvent sur l'agriculture biologique comme solution miracle à tous les problèmes... L'agriculture raisonnée semble plus réaliste pour un modèle agricole de demain. Il est environnementalement plus efficace de consommer des produits locaux issus de l'agriculture raisonné que des produits de l'agriculture biologique importée ou produit à l'autre bout du pays. De plus, personne ne peut nier que les produits biologiques soient extrêmement chers, alors que les marchés de producteurs locaux avec une faible utilisation d'engrais et de pesticides (ne serait-ce qu'en raison du coût des intrants) des produits maraîchers qui dépasse rarement 3 euros/kg. C'est une solution d'une efficacité économique et environnementale assez exceptionnelle. Pour les producteurs, les investissements engagent sur le long terme, il est impossible d'exiger un modèle fonctionnant intégralement au biologique à court-terme et il n'est pas sûr que cela soit forcément souhaitable à long-terme.

Partager

Sortir des protéïnes carnés : fausse bonne idée

La production de viande est trop souvent présentée comme intrinsèquement nocive pour l'environnement. Avec les difficultés du secteur de l'élevage, certains ont insisté sur la nécessité de diminuer de manière drastique la production de viande, Sans doute un peu trop vite... La production de viande n'est pas en soi nocive à l'environnement. Lorsque l'on affirme le contraire, certains producteurs se sentent insultés car cela remet profondément en cause un travail acharné. La conséquence de l'abandon de l'élevage dans certaines régions au profit d'une spécialisation quasi-exclusive maraîchère ou céréalière a eu un impact négatif sur l'environnement, des plaines et vallées sur-exploitées et des coteaux laissés en friche. De plus, ce n'est pas parce que nous produisons moins de viande que nous en consommerons moins. Nous consommerons donc plus de viande importée, généralement industrielle. D'autre part, certains producteurs de viandes font un excellent travail, respectueux de l'animal, de l'environnement et du consommateur au regard de la qualité des produits. Ces producteurs s'en sortent généralement assez bien en court-circuitant les intermédiaires permettant ainsi d'offrir leur produit à un prix abordable. Sortir des protéines carnés est donc définitivement une très mauvaise idée.

Partager

Energie: Pour une politique nucléaire positive...

La question nucléaire est complexe et ne peut simplement être déclarée indésirable au regard des enjeux de besoin d'énergie et de temps nécessaire pour en sortir. Pour cela et pour tenir compte des options d'une majorité de Français (tous ne sont pas convaincus par la pertinence de la sortie), il convient d'adopter une démarche positive et vertueuse et non seulement "contre". Cela implique plusieurs choses: - réorienter l'ensemble des recherches et installations nucléaires publiques de production vers l'objectif de la fusion. Cela demande des moyens considérables et signifie que cet objectif est prioritaire sur tout autre de type enfouissement ou centrales à fission (quel que soit son type ou prototype). - installer la France (et son opérateur public) comme l'expert mondial du démantèlement des installations nucléaires. L'enjeu économique est considérable. - engager immédiatement un processus de sortie de la fission nucléaire, sur un calendrier long réalisable. Pour graver cette perspective, il conviendra de l'adosser à la constitution de la manière la plus appropriée.

Partager