Engager la planification écologique

banniere_planification_ecologique_jlm2017.png

Le changement climatique a commencé et s’accélère. Il menace de détruire le seul écosystème compatible avec la vie humaine. Comment passer à un autre mode de production et d’échange ?

Sur cette page, vous contribuez au projet pour le chapitre « Engager la planification écologique »

Pour faciliter la prise en compte de votre proposition, merci de respecter quelques règles au moment de remplir le formulaire ci-dessous :

  • Ne proposez qu’une seule idée par contribution. Si vous voulez proposer plusieurs idées, remplissez plusieurs fois le formulaire.
  • Vérifiez que votre proposition correspond à l’un des thèmes suivants :
    • Energie
    • Transport
    • Déchets
    • Bien communs
    • Agriculture
    • Aménagement du territoire
    • Grands projets inutiles
    • Production
    • Consommation
  • Commencez votre titre par l’un des mots-clés ci-dessus
  • Complétez le titre par une description aussi claire que possible de votre idée

Exemple de titre : « Agriculture : aider les jeunes paysans à s’installer »

Les contributions au projet sont désormais fermées. Rendez-vous dans les actus pour plus d'information sur la suite du processus.

Lire les contributions


consommation

En finir avec les demi mesure l'argent collecté par la taxe Carbonne ne doit plus se perdre en fond de pension spéculatif il faut en interdire le principe même et redistribuer directement les sommes aux dépollutions nationale. Achat de voiture non polluantes et de fabrication faible en transport effaçant de fait par l'aide financière le surcout supposé de la production locale à tous produits à incidence positive sur l'écosystème.

Partager

Production : ne pas dépasser l'empreinte écologique de notre pays

La Charte de l'environnement est inscrite dans la Constitution française et se réfère au principe de prévention, au principe de précaution et au principe du pollueur payeur. Face aux enjeux mondiaux, climat, biodiversité, chaque pays doit afficher sa trajectoire écologique, économique et sociale compatible avec les objectifs affichés. La Constitution française devrait intégrer l'objectif de ne pas dépasser son empreinte écologique. Cet objectif permet de fixer un cap politique, un processus en matière de production et de consommation. Ceci signifie également qu'il convient de ne pas se limiter à la seule production nationale mais de prendre également en compte les importations. Les enjeux environnementaux (cf. COP21) ne peuvent plus être abordés comme des seuls enjeux d'environnement mais doivent être traités comme des problèmes économiques et sociaux. Une telle proposition qui irrigue l'orientation de nos politiques nationales de production et de consommation, pose la cohérence de notre appartenance à l'UE (concurrence libre et non faussée, libre circulation des capitaux), elle pose également la cohérence des échanges économiques internationaux basés sur le seul libre échange, elle permet d'affirmer une souveraineté nationale et engage notre pays à développer des politiques de partenariat avec des pays qui s'engagent dans une planification écologique analogue, basée sur des critères écologiques, économiques et sociaux. Mettre dans notre constitution de ne pas dépasser l'empreinte écologique de la France fixe un cap, permet de pouvoir définir nos priorités en matière de production et de consommation, permet aussi de clore le débat (stérile) entre "croissants" et "décroissants".

Partager

Décroissance… démographique (sujet tabou ?).

Nous partageons l'idée qu'au nom du principe d'une planète "finie", nous devons envisager de produire et consommer autrement, avec plus de modération. Pour reprendre une image simple, mais probablement juste, le gâteau est d'une taille donnée, il ne faut pas le manger trop vite pour qu'il en reste pour demain, pour notre descendance. Or, trop souvent, pour ne pas dire jamais, il n'est question du nombre de consommateurs. Nombre qui, depuis 150 ans, évolue d'une manière exponentielle. (1,5 M d'humains en 1900 ==> 7,4 M en 2015) Beaucoup "d'experts" estiment que l'on peut nourrir tout ce monde et plus encore. Mais nourrir comment ? Alimenter en eau potable comment ? En énergie comment ? Si toutes les populations du monde veulent accéder à notre niveau de "jouissance", cette aspiration fera exploser les capacités de la terre. Ce raisonnement me conduit à suggérer, à nos porte parole, au premier rang desquels JL.Mélenchon, de ne plus présenter une démographie "en bonne santé" (taux de fécondité >2) comme étant louable, enviable. Pour faire court, je suggère d'éteindre progressivement (sur 20 ans) toutes les incitations invitant les familles à avoir plus de deux enfants. Ces lignes peuvent faire croire que, seules les tensions écologiques négatives motivent ma suggestion de décroissance démographique. C'est effectivement fondamental, mais d'autres "avantages" y seraient associés, liés à une baisse des concurrences. Moins de demandeurs d'emploi, moins de besoin en logements, etc. C'est une proposition, je le sais, iconoclaste, négativement jugée Malthusienne. Pourtant, un jour viendra où la surpopulation de la planète engendrera des tensions qui risquent de nous ramener aux périodes les plus détestables de notre histoire. Cette propension à "croître et se multiplier…" était vitale, à l'origine de notre espèce, à présent, elle devient "mortifère" pour nous-mêmes et notre environnement. Porter cette question dans le champ politique est très difficile, en particulier compte tenu des oppositions violentes qu'elle ne manquera pas d’entraîner. Pour autant, ce serait faire preuve d'une lucidité exemplaire, modèle précurseur pour toutes les nations. Si cette suggestion vous intéresse, je vous propose un lien vers un document qui argumente ce sujet, en analysant les résistances les plus fréquentes, leur "pourquoi" et qui tente de les démonter rationnellement. http://fgvlb.fr/index.php/idees-analyse/47-controler-la-demographie-pourquoi

Partager

Agriculture

Nommer Pierre Rabhi à un haut poste de responsabilité avec pleins pouvoirs !

Partager

Agriculture

Plusieurs milliers d'emplois sont possibles dans la reconquête des exploitations agricoles abandonnées : les ruraux ont massivement émigrés dans les villes, où ils se retrouvent sous employés ou au chômage... De moins en moins d'agriculteurs pour nourrir les citadins ! Réinvestissons l'espace rural désertifié. Retournons aux champs et aux petits élevages, au moins pour l'auto suffisance alimentaire ! Un revenu universel inconditionnel, à quoi s'ajouteraient les revenus en nature de l'exploitation pourraient suffire ! Un recensement des terres abandonnées est peut-être déjà disponible, à rapprocher des chômeurs intéressés, à former un minimum...

Partager

Aménagement du territoire

Reconquête des exploitations agricoles abandonnées : les ruraux ont massivement émigrés dans les villes, où ils se retrouvent sous employés ou au chômage... De moins en moins d'agriculteurs pour nourrir les citadins ! Réinvestissons l'espace rural désertifié. Retournons aux champs et aux petits élevages, au moins pour l'auto suffisance alimentaire ! Un revenu universel inconditionnel, à quoi s'ajouteraient les revenus en nature de l'exploitation pourraient suffire ! Un recensement des terres abandonnées est peut-être déjà disponible, à rapprocher des chômeurs intéressés, à former un minimum...

Partager

Marques : ne les voir qu'au besoin

Les marques constituent une forme de publicité simple mais puissante. Elles sont présentes partout, jusque dans norte inimité, grâce à leur visibilité sur les produits que nous achetons. De par l'effet de simple exposition (un biais cognitif), qui augmente la probabilité que l'on juge positivement quelque chose simplement par le fait d'y être exposé de manière répétée, les marques nous influencent fortement, notamment les enfants, de manière inconsciente, dans nos achats. Or les grandes marques sont détenues par des multinationales qui se moquent d'écologie, et détruisent la planète. Proposition: la marque ne peut apparaître que sur la face la moins visible du produit. Cette proposition consiste à limiter les marques à leur seul utilité d'identification lors de l'achat (c'est pourquoi la proposition n'est pas des les interdire). Elle permet que le produit décrive avant tout sa valeur d'usage.

Partager

Politiques publiques: réguler l'organisation par projet

Le projet constitue une notion transversale de l'organisation néolibérale de la société. Dans le domaine des politiques publiques, la généralisation de l'organisation par projet tend a fragmenter les territoires et les population, en favorisant des actions à court termes sur des espaces limités, souvent en poursuivant des objectifs facilement atteignables et mesurables et ciblant des populations spécifiques. Ceci au détriment de la possibilité d'usages multiples innovants et pas toujours prévisibles des investissements publics, de la stabilité des équipes de travail et des financements, de l'accumulation et le partage de connaissances au sein de l'Etat et du principe d'universalité des droits. Sans abandonner complètement l'organisation par projet pour les dynamiques et l'innovation qu'elle permet dans certains domaines, il faut la réguler en imposant aux projets des mécanismes de systématisation et partage de l'information au sein de dispositifs publics stables et non commerciaux. Ces derniers pourront être assimilés à des "biens communs" numériques ou tangibles.

Partager

Energie : optimisation à court-terme, changement technologique à long terme

L'exploitation de l'énergie de fission nucléaire présente un risque intrinsèque. Cette technique n'est pas durable, et nous en sommes tous convaincus. Cependant, la performance de l'énergie de fission en termes d'impact carbone est encore inégalable aujourd'hui. L'Allemagne est loin de montrer un bel exemple en ayant stoppé net ses réacteurs pour les remplacer par des centrales à charbon. Rappelons-nous que pour égaler la puissance d'un réacteur, il faudrait construire un champ éolien de l'envergure de l'île-de-France, et dont la construction aurait alors un impact carbone et environnemental désastreux. Les techniques de production d'énergie doivent d'abords beaucoup s'améliorer avant que nous entamions la transition énergétique. Cependant, nous pouvons déjà, à court terme, radicalement changer notre façon de consommer l'énergie ( avec des projets tels que le NégaWatt, déjà beaucoup proposés ici ) Nos centrales nucléaires restent performantes, fiables, et particulièrement surveillées. Les lourds investissements récents correspondent à la troisième décennale du parc, qui consiste à la vérification totale des installations, aux changement par du neuf de la majorité des composants, et à la re-certification de toutes les installations suite aux nouvelles normes post-Fukushima. Je pense qu'il ne faut pas gâcher cet investissement, qui peut nous fournir une énergie décarbonée le temps que la transition énergétique se fasse par des moyens vraiment durables, et vraiment performants à tout point de vue. Cela n'empêcherait pas l'arrêt à moyen terme de certains sites comme le Blayais, si nous appliquons rapidement les plans d'optimisation de notre consommation. Présenté ainsi, nous pouvons convaincre de nombreux septiques. - Court terme : optimisation de la consommation énergétique, changeons nos habitudes, inventons des solutions simples et rapides à mettre en œuvre - Moyen terme : notre besoin énergétique a diminué grâce à nos efforts d'optimisation, nous fermons les sites nucléaires les plus sensibles - Long terme : de nouvelles techniques de production sont applicables, nous pouvons totalement sortir du nucléaire et le remplacer Je tiens aussi, comme d'autres, à mettre en avant le projet ITER, qui est un bel exemple de coopération internationale, de grand chantier humain, et ça se passe chez nous ! Son financement, pendant toutes ces années, est d'un montant ridicule comparé aux gâchis de l'oligarchie financière.

Partager

AUTOSUFFISANCE ALIMENTAIRE LOCALE - l'exemple d'Albi (Tarn)

Bonjour, Vous êtes nombreux à connaître l'initiative albigeoise qui vise à permettre à la ville de subvenir à ses besoins alimentaires dans un rayon de 60 km à l'horizon 2020, en pariant sur le bio. lien pour en savoir plus : http://positivr.fr/autosuffisance-alimentaire-albi-agriculture-bio-circuit-court/ Cela me semble être un exemple intéressant à suivre car la logique est applicable sur une grande partie du territoire. Cela passe par une réappropriation des terres agricoles par la force publique (remises à disposition des agriculteurs moyennant un engagement ) produire bio et à satisfaire les clients localement), ... A suivre

Partager

Déchets - Stop aux emballages pour tendre vers le déchet ménager non biodégradable zéro

Les emballages sont présents partout et ne servent, dans la plupart des cas, à rien d'autre qu'à créer l'illusion de luxe et de qualité et à faire exploser le prix du produit. Outre le fait qu'ils sont très polluants, ils sont énergivores et gourmands en pétrole et en matières premières (pour rien, quel gâchis !). Il Faut interdire les emballages qui ne sont pas absolument nécessaires pour des raisons sanitaires ou de sécurité et remettre le produit au centre de l'attention de la personne : son intérêt, sa qualité, sa longévité... L'achat sera moins compulsif, plus réfléchi et la poubelle moins pleine. Mais pour y arriver, il faudrait reproduire en France et privilégier les circuits courts. Car le but est de réduire au maximum les déchets non biodégradables et toxiques.

Partager

Agriculture changer notre mode de production

je ne suis pas un spécialiste Mais un bon nombre de gens ( dont mon plus grand fils ) s'intéresse à ce mouvement :http://www.colibris-lemouvement.org à vous de voir pour d'éventuel rapprochement d'idées bien à vous Fabrice

Partager

Désurbanification des villes: réintroduction d'animaux en ville

Parce que c'est eu qui nous guideront dans la future transition écologique, rapprochons nous des animaux de ferme et introduisons les en ville. Création de centres agricoles urbains de quartier, avec présence d'animaux (poule, vache, mouton), potager et compost. Ces centres permettrons aux jeunes urbains qui ne peuvent pas accéder au monde rural d'enrichir leurs connaissances sur la nature et les écosystèmes. La présence d'animaux en ville aidera la prise de conscience de chacun et amplifiera la "descélération" et la désurbanisation de la société qui va s'amorcer lors de la transition écologique.

Partager

Déchets: relocalisation du traitement des déchets

Afin d'amplifier la sensibilisation écologique, surtout dans les grandes villes: relocaliser le traitement des déchets, pour racourcir la distance entre le citoyen et le traitement du déchet, et donc changer son comportement d'achat. Incitation puis obligation de la ségrégation des déchets organiques au sein de chaque immeuble puis quartier et recolte au sein du futur centre agricole urbain de quartier. Pour que ce qui appartient à la Terre retourne à Terre. Pour que ne se perde plus en chemin les trésors de richesse que sont tous nos déchets organiques.

Partager

Agriculture : miser sur la cohabitation entre le pastoralisme et les grads prédateurs

Que ce soit sous la présidence de Nicolas Sarkozy ou de François Hollande, tout le monde a abandonné le sort des grands prédateurs en France, en cédant face au lobby de l'élevage et à la FNSEA. L'ours et le lynx ont été abandonnés malgré les grandes déclarations devant la commission européenne et le loup est chassé par l'Etat (36 loups sont tués chaque année). Il est temps d'opter pour des solutions durables pour la cohabitation. De ne plus céder devant les lobbies, qu'ils soient issus du monde agricole ou cynégétique. La faune et la nature sauvage ont leur place dans notre pays et nous devons tout faire pour favoriser la cohabitation plutôt que d'opposer l'homme et l'animal.

Partager

Réaliser les paysages agricoles d'Afterres2050 ! Oui, on le peut !

Bonjour, J'ai souhaité vous faire partager une pépite : un poster de chacun des 3 territoires du Bassin versant Seine Normandie dessiné par des paysagistes, représentant " une mise en image des paysages agricole en 2050 de la vallée de la Thiérache, du plateau de la Beauce et de la métropole parisienne, résultat d'une traduction du scénario Afterres 2050, pensé par le bureau d'études associatif SOLAGRO (selon la même démarche intellectuelle -épousant le paradigme du changement climatique- des concepteurs du scénario Négawatt qui ont travaillé au nécessaire changement du système énergétique de notre pays). Missionné par le Collectif Paysages de l'Après -Pétrole, les paysagistes de INITIAL proposent ce travail de prospective paysagère rural aboutissant à un dispositif de représentation novateur qui peut devenir un véritable outil pour engager le débat sur les pratiques agricoles, l'aménagement du territoire et les paysages ruraux qui en découlent. Autrement dit ces images permettent de considérer le paysage comme élément majeur pour engager la transition agro-écologique"(extrait de la note méthodologique du Paysagiste INITIAL datée de mai 2016). Je ne vous en dis pas plus: place à la découverte du processus de travail imaginé par INITIAL et à sa traduction en 3 posters que vous allez tous vouloir accrocher en bonne place dans votre chambre ou votre salon !:) Les 3 posters au format pdf : https://we.tl/3vDetVRLTZ La note méthodologique :https://we.tl/epEghbvsQN bien à vous. Pierre Sélim LEBRUN PG84

Partager

déchets : les algues vertes ne sont pas une malédiction

Puisque la mer doit être un des points d'appui de ce programme, il faudrait s'occuper sérieusement des "algues vertes qui polluent nos rivages". D'un côté, elles sont utiles (elles transforment les composés azotés industriels en matière organique, d'où épuration des eaux et production de protéines) ; d'un autres côté, elles sont terriblement difficiles à récolter et transformer - comme en témoignent les coûts et les impacts négatifs des essais de méthanisation ou de compostage déjà initiés en Bretagne et ailleurs. Peut-être que l'erreur c'est tout simplement que, jusqu'à présent, l'on a voulu pratiquer cette valorisation à échelle industrielle et sur des temps trop courts ? Le bilan serait sans doute meilleur si l'on organisait cette exploitation sur une base plus artisanale et plus lente ;)

Partager

Stérélisation par ionisation ( irradiation )

Il n'y a quasiment pas d'études sur la stérilisation par ionisation des aliments et sur son effet sur la santé. On est incapable, aujourd'hui, de mesurer le taux d'irradiation des aliments ayant été irradiés et les contrôles sont rares. A l'heure où le programme de la France insoumise fait état d'une sortie du nucléaire et cela en grande partie à cause des risques d'irradiation, ne devrions nous pas interdire cette pratique ou du moins faire en sorte que ce genre de pratique soit interdite tant que de véritable études sérieuses et indépendantes n'auront pas étés menées?

Partager

Agriculture : Semi direct + bio (Claude et Lydia Bourguignon)

Partager

Planification écologique : Quelle riposte des grands capitalistes ?

Dans le domaine écologique comme dans les autres, si un changement est bon pour nous, il sera forcément mauvais pour les grands capitalistes. Quelles ripostes ceux-ci développeront-ils probablement alors et comment pourrons-nous y répliquer ? Il est nécessaire d'en débattre dés maintenant pour être prêts le moment venu.

Partager