Engager la planification écologique

banniere_planification_ecologique_jlm2017.png

Le changement climatique a commencé et s’accélère. Il menace de détruire le seul écosystème compatible avec la vie humaine. Comment passer à un autre mode de production et d’échange ?

Sur cette page, vous contribuez au projet pour le chapitre « Engager la planification écologique »

Pour faciliter la prise en compte de votre proposition, merci de respecter quelques règles au moment de remplir le formulaire ci-dessous :

  • Ne proposez qu’une seule idée par contribution. Si vous voulez proposer plusieurs idées, remplissez plusieurs fois le formulaire.
  • Vérifiez que votre proposition correspond à l’un des thèmes suivants :
    • Energie
    • Transport
    • Déchets
    • Bien communs
    • Agriculture
    • Aménagement du territoire
    • Grands projets inutiles
    • Production
    • Consommation
  • Commencez votre titre par l’un des mots-clés ci-dessus
  • Complétez le titre par une description aussi claire que possible de votre idée

Exemple de titre : « Agriculture : aider les jeunes paysans à s’installer »

Les contributions au projet sont désormais fermées. Rendez-vous dans les actus pour plus d'information sur la suite du processus.

Lire les contributions


transport

Partager

Energie : Inclure les énergies renouvelables dans les nouvelles constructions.

Lors de la construction d'un nouveau bâtiment publique, il faudrait prévoir des panneaux solaires, ou des petites éoliennes suivant la région sur le toit de la construction. Cela affectera peu le cout global de la construction, et créera de nouveaux métiers. De plus l'augmentation des besoins en panneau solaire fera logiquement réduire les couts de fabrication et augmenter les investissements privés dans la recherche afin de les rendre plus performants. Dans la même veine on peut prévoir de nouvelles normes dans les constructions privées afin de prendre en compte l'orientation et l'inclinaison des toits afin d'optimiser les potentiels futurs installations des propriétaires. Avec la baisse des coûts et de plus en plus d'ouvriers qualifiés les particuliers pourraient beaucoup plus simplement installer des panneaux solaires. Cela réduirait de façon significative les besoins énergétiques du pays, de plus si les citoyens produisent eux même leurs énergies ils seront plus tentés par des four, chauffage et surtout voiture électrique, ce qui réduira l'émission des gaz à effet de serre et qui augmentera l'investissement privée dans la recherche, améliorant les procédés de fabrication qui réduira l'emprunte carbone des batteries par exemple. En bonus, on aura moins besoin de production énergétique, ce qui permettra la fermeture des plus anciennes centrales nucléaires, les voitures électriques réduiront les besoins pétroliers et donc nôtre dépendance envers certains pays, ce qui pourrait réduire, si d'autres pays s'inspire de nos solutions les pressions politiques et économique qui sont source de conflit (La guerre en Irak pour le pétrole a déstabilisé les pays avoisinants ce qui est responsable en grande partie des flux migratoires et des actions militaires qui pèsent sur notre économie, sans parler du terrorisme.).

Partager

énergie : valoriser des projets de type énercoop !

Partager

Agriculture: créer l'ONAFEM-TE

Pour un Office National de l'Agriculture, de la Forêt, de l'Eau et de la Mer en Transition Écologique(ONAFEM-TE) La dégradation des ressources naturelles (sols, eaux, mers...), engendrée par le productivisme et les crises à répétition des filières agricoles, forestières et de la pêche, provoquées par la dérégulation des productions et des échanges, conduisent à engager en urgence la transition écologique et la garantie des prix et des revenus à la production. Il convient également d'assurer des conditions sociales et de travail décentes dans ces secteurs et de réaffecter les ressources financières ( y compris du premier et du second pilier) à cette nouvelle orientation. A cet effet, il faut définir les instruments (organisation, mesures, outils et financement) nécessaires à la mise en œuvre de ce nouveau cap, au service du bien commun. Afin que les mesures et actions soient définies à partir d'une connaissance approfondie, une mission fondamentale de l'Office sera de recueillir, d'analyser et de diffuser les données agricole, agroalimentaire, forestière, aquatique, maritime et naturaliste, tant techniques qu'économiques et environnementales. Pour cela une plateforme informatique collaborative, publique et gratuite, sera mise à disposition des fournisseurs et utilisateurs de ces données. Un effet de levier départemental et/ou par filière sera recherché, afin d'entraîner la majorité des acteurs de ces secteurs. L'établissement national servira de garant de la sécurité, la confidentialité et de la diffusion des données et des services associés. Les structures interprofessionnelles départementales et/ou par filière seront chargées de leur valorisation. Sur ce socle de connaissance partagée, la transition écologique sera d'autant mieux comprise qu'elle sera doublée de mesures de garantie des prix et des revenus à la production. Les investissements nécessaires à la transition écologique, l'assainissement des structures, rendus possibles par le nouveau cap, permettront au tissu économique des territoires comme des filières de se développer sur une assise solide, ainsi qu'au "protectionnisme solidaire" de trouver son équilibre. La dimension sociale, notamment les conditions de travail et de formation des différents acteurs (y compris des salariés) feront l'objet d'une action vigoureuse. Pour cette triple reconquête, Ecologique, économique et sociale le nouvel Office favorisera l'action en commun sans exclusive, pour de vrais changements.

Partager

Déchets : Moratoire sur la fabrication/production des matériaux non recyclables

Il est impensable aujourd'hui d'avoir la "liberté" de produire des matériaux non recyclables (pour la plupart issus de l'industrie pétrochimique), et de les destiner à la vente, comme matières premières ou comme simples consommables (Polystyrène, laine de verre, etc) : La nuisance environnementale d'un produit, quel qu'il soit, doit relever de la responsabilité civile et pénale de son fabricant. Un moratoire doit donc être décidé au plus vite afin de couper les circuits de distribution de tous ces matériaux, qui très lentement mais sûrement (On "prédit" par exemple au polystyrène une durée de vie de 500 ans (?) une fois enfoui!!!!) saturent nos sous sols et nos cours d'eau de leurs polluants. En outre, les fabricants et distributeurs de ces matériaux devront assurer le (re)traitement de la dite matière une fois considérée comme déchet (Qu'il soit collecté ou pas - un grand nombre de ceux là sont des déchets dits "sauvages", que l'on trouve sur nos plages ou sur les berges de nos cours d'eau), c'est à dire en "fin de vie" (Valable donc pour l'ensemble des produits ou matières fabriqués depuis la création de la société/filiale/groupe producteur(trice) jusqu'à la date de la prise d'effet du moratoire) , afin que sa nuisance ait le moins d'impact possible sur l'environnement.

Partager

Le bien être animal

Il faut arrêter de considérer les animaux comme des choses et leur reconnaître leurs status d'êtres sensibles. Pourquoi nous traitons très bien les chiens et les chats et mangeons les cochons, poules, agneaux,... ? Cela n'a aucun sens et il faut arrêter de se cacher la réalité. Je propose, pas encore l'arrêt total de la consommation de viandes et de poissons car je ne pense pas que les Français soient prêts pour cela même si je le souhaite, mais : L'arrêt de la chasse et de la pêche. Au nom de quel droit peut-on tuer des êtres sensibles, juste pour le plaisir ? L'arrêt des Zoo. L'arrêt des parcs exploitant des animaux. L'arrêt de la corrida. Obliger les éleveurs de poules pondeuses à les élever en pleine air. Des contrôles très strict des abattoirs et des sanctions très lourdes pour toutes personnes faisant souffrir ou causant la mort à une animal. Obliger les cantines scolaires à proposer une alternative végétalienne. Réduire la production de viandes et de poissons. Interdire le fois gras. Il y a encore du travail pour faire changer les mentalités, après le droit des esclaves, le droit des femmes, le droit des homosexuels, doit venir le droit des animaux.

Partager

ENERGIE ECONOMIQUE SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL

Je roule actuellement avec 40 % d'eau en vapocraquage et la pollution est reduite de plus de 90% ! Il faut sortir le moteur à eau et les machines à énergie libre ( machines produisant plus d'énergie que l'on en investit sans polluer ) ! Si ces technologies sortent, les gens n'auront plus de problèmes pour s'éclairer, se chauffer ou se déplacer ! Cela aura un impacte direct sur le plan économique, social et environnemental ! Avec ces technologies, tous le monde aura un toit, à bouffé et du travail, et un travail, pas de l'exploitation ! Ces technologies vont permettre d'aménager et de restructurer la société afin qu'il n'y ai plus de gens dans la misère ou la précarité, plus de pollution, et que chacun puisse avoir un rythme de travail équilibré ! Il est impératif que ces technologies sortent pour le bien de tous ! https://www.youtube.com/watch?v=G1nqxCD4CEg https://www.youtube.com/watch?v=Lq9TtZD9a9Y http://www.quanthomme.info/ https://www.youtube.com/watch?v=dTR96XnqLZk

Partager

Urbanisme

Comme le démontre les évènements météorologiques actuels, l'urbanisation anarchique est génératrice de conséquences dramatiques au sein même de nos grandes agglomérations. Aucun projet d'urbanisme ne pourra être accepté s'il n'a pas démontré son innocuité environnementale à tous les stades de son existence.

Partager

Agriculture : basculer le système d'aide du modèle productiviste vers le modèle agroécologique

Les coûts indirects induits par les PACs et autres, qu'il faut bien financer entre autre par nos impôts, auxquels il convient de rajouter les coûts d'impacts sur la santé, sur l'environnement ou la biodiversité par exemple, ne sont pas comptabilisés dans le coût d'achat des aliments par le particulier, ce qui fait apparaître le bio/local comme étant (trop) cher... Une refonte de ces systèmes d'aide, qui favoriserait ceux des agriculteurs qui se sont engagés ou s'engagent pour une agriculture bio, pour des circuits courts, pour des techniques respectueuses de l'environnement, pour une remontée de l'emploi agricole, aurait, même au coût actuel, un effet immédiat sur la balance des coût de production de ces 2 systèmes, et du coup sur les habitudes d'achat et de consommation du plus grand nombre. Et à plus long terme, le gain en terme de qualité de vie, les conséquences sur le système de santé ou l'environnement, ne peuvent être que bénéfiques.

Partager

consommation publicite

Il ne serait surement pas judicieux d'interdire toute publicité mais il pourrait y avoir un contrôle public pour interdire les publicités des consommations contraires à l'éthique et aux objectifs de la planification écologique: produits de luxe, produits importés etc... Limitation de la publicité sur tous les supports: télé, presse, panneaux, internet etc...

Partager

Définir une politique rationnelle d’évaluation des filières de production et de gestion de l’énergie

La prise de conscience du dérèglement climatique a propulsé sur le devant de la scène la problématique de la production énergétique. Malheureusement je constate que l’analyse des solutions manque de support méthodologique adapté. Dans ce contexte on assiste souvent à des prises de position qui ressemblent plus à des querelles de chapelle qu’à une évaluation objective ; on ne met en exergue que les points forts et l’on minimise ou occulte les inconvénients, selon le point de vue que l’on défend. Si l’on veut pouvoir planifier l’évolution des modes de production, il convient de se donner pour règle, de prendre en compte, pour chaque filière, tous les paramètres, c'est-à-dire en évaluer les coûts écologiques et financiers à toutes les étapes : recherche, conception, production, exploitation, pérennité, recyclage en fin de vie ou démantèlement. Par curiosité, en me livrant à cet exercice, il m’est apparu lors de cette investigation, qu’aucun des modes de production d’énergie présentés pour prendre la relève ne pouvait se targuer d’être neutre pour la planète. Cela veut dire concrètement qu’on devra choisir les inconvénients que nous sommes prêts à supporter et gérer la « répartition équitable du mécontentement », puisqu’il faudra bien faire des choix et définir des priorités. Dans ce contexte il me parait essentiel de n’exclure à priori aucune piste Pour illustrer ce propos, j’évoquerai volontairement un sujet qui fâche : le nucléaire. Les centrales actuellement en service sont le produit d’une technologie des années 50 qui a été développée principalement pour des raisons militaires. Il convient aussi de noter que lors du déploiement à partir de 1974 des centrales à eau pressurisée (REP), les risques et inconvénients étaient parfaitement connus, mais qu’on les a occultés. Je suis donc parfaitement d’accord pour qu’on arrête ce type de centrale, y compris les EPR qui ne sont que des REP améliorés. En revanche, les REP ne représentent pas la seule technologie possible et de mon point de vue, notre réflexion doit prendre en compte aussi les centrales de 4ème génération qui sont à l’étude. Je pense en particulier à la filière des centrales à sels fondus au thorium, filière laissée de côté, car impropre à un usage militaire et en gardant à l’esprit que l’investissement dans la recherche n’est jamais inutile. Une politique étriquée ne serait en aucun cas une réponse adaptée aux enjeux, même si nous devons être comptable du bon usage des deniers publics.

Partager

Agriculture : PLAN ARBRE (texte "pause" février 2016 - L'arbre qui cache la forêt)

« Ecouter la forêt qui pousse plutôt que l’arbre qui tombe » Hegel, écouter les mobilisations actuelles, regarder « Merci patron ! », « La sociale »… comme des arbres qui poussent plutôt que les Arnault, El-Khomri, Cosse qui tombent. En travaillant avec les ouvriers de Goodyear, Arcelor… tu t’ancres au coeur de la vie des citoyens comme « les arbres aux racines profondes sont ceux qui montent haut » F Mistral et cela permet la nouvelle édition revue et augmentée du livre l’ère du Peuple « L’arbre, comme l’homme, s’affine en société » H Bordeaux Ta vision sur le futur et sur les événements à venir sont des fruits à la version de C-A Sainte-Beuve, « ce n’est que d’après les fruits que je me suis permis de juger l’arbre ». Les médias devraient en prendre de la graine ! Ils soufflent sur ta personne mais ils n’ont pas compris que « L’arbre devient solide sous le vent » JM Gustave Le Clézio, et « Seul l’arbre qui a subi les assauts du vent est vraiment vigoureux, car c’est dans cette lutte que ses racines, mises à l’épreuve, se fortifient » Sénèque. A la différence de ce sot de Hollande qui ne comprend rien, tu es le sage qui sait voir le réchauffement climatique, la misère dans les rues… « Un sot ne voit pas le même arbre qu’un sage » W Blake Tu proposes une sortie par le haut, en convoquant une assemblée constituante pour faire évoluer notre constitution vers une VIème République, Voltaire le disait à sa manière « Le despote arrache l’arbre, le sage monarque l’ébranche » Merci pour tes meetings d’éducation populaire car « un peuple qui ne connaît pas son passé, ses origines et sa culture ressemble à un arbre sans racines » M Garvey Cette citation vietnamienne me fait penser à Jean Jaurès, à la Sécurité Sociale et tant d’autres : « Pense à celui qui a planté l’arbre dont tu manges les fruits » Tu représentes « L’expérience est le fruit d’un vieil arbre » et elle est nécessaire pour affronter l’oligarchie, les Banques, la Finance, Merkel… car « S’il n’est pas tenu par un tuteur, le jeune arbre se courbe facilement » Une pensée à François « c’est très beau un arbre, dans un cimetière. On dirait un cercueil qui pousse » P Doris, « Quand un arbre tombe, on l’entend ; quand la forêt pousse, pas un bruit (P. africain) Le programme L’Humain D’abord est pour des et des générations : « Si tes projets portent à un an, plante du riz ; à vingt ans, plante un arbre ; à plus d’un siècle, développe les hommes » (P chinois) Merci Jean-Luc pour ton arrosage quotidien

Partager

Agriculture : PLAN ARBRE (fruitiers)

Planter des arbres fruitiers sur les espaces communs (espace vert, le long de chemin de randonnée...) Planter des arbres fruitiers dans les jardins, agroforesterie alliant fruitier et potager (paysage de joualle...) Planter des arbres de variétés locales, adaptés au sol et au climat, avec des fruits de goût... A partir des « musées » vergers conservatoires et une poursuite de recherche des variétés anciennes sur le terrain, mettre en place des pépinières communales pour les habitants à l'image des pépinières que Wangari Maathai a développé au Kenya. Il n'y a pas d'ordre et de hiérarchie dans les propositions, planter est un acte révolutionnaire ! Bibliographie : Pour l'amour des Arbres – Wangari Maathai (première femme africaine à recevoir le Prix Nobel de la Paix) ==> Ces actions ajoutées à la réflexion des « Incroyables comestibles », créons des Villes autonome en FRUITS Paroles de Fruits – Jean Yves Maisonneuve – Parole ouverte ==> pour comprendre l'histoire des vergers, de l'arboriculture et des arbres fruitiers paysans... La biodiversité amie du verger – Evelyne Leterme - Rouergue

Partager

Agriculture : PLAN ARBRE (paysans)

Agroforesterie : - pour une alimentation saine - pour une alimentation en quantité - pour un sol vivant - Pour une transition des Terres vers une agriculture biologique - pour la biodiversité, les auxiliaires de cultures - pour une diversification des productions sur les fermes, nous avons connu les hors sol, le tourisme mais la base première de la paysannerie est de nourrir. Entre les arbres, il est possible de produire des plantes médicinales et aromatiques (lien avec la santé) ou encore des fruits rouges (diversifier avec de la vente directe – circuit court), de retrouver une production de fourrage ligneux pour du bétail... autant de modèle que d'humain ==> libération de la créativité et l'imaginaire de Tous - pour développer le salariat coopératif - pour faciliter l'accès au foncier (si nous avons besoin de moins de surface tout en produisant plus grâce aux arbres, cela libère de la Terre !!! ) ==> meilleur partage du foncier Quand nous savons que la superficie d'un département moyen français disparaît sous l'urbanisation tous les 7 à 8 ans, quand nous allons devenir 9 milliards d'habitants, quand... Tout l'enjeu est de réussir à implanter le décor de la paysannerie de Demain et je propose que cette base soit l'Arbre. Nous observons sur le terrain, que les paysans qui commencent à planter en agroforesterie se sentent revaloriser, il participe à l'amélioration du paysage, ils reçoivent un meilleur regard des citoyens, ils observent différemment leur ferme car il se réapproprie le temps long (= la vie d'un arbre). Il n'y a pas d'ordre et de hiérarchie dans les propositions, planter est un acte révolutionnaire ! Bibliographie : Agriculteurs à l'ombre des forêts du monde – Geneviève Michon – Acte sud ==> pour mieux comprendre l'histoire du Capitalisme et comment il a exclu les paysans des forêts Plaidoyer pour l'arbre – Francis Hallé – Acte sud ==> pour mieux comprendre les arbres et les enjeux de Demain. Citation : Un industriel a dit à Francis Hallé : (Les petites conférences – La vie des arbres – Francis Hallé – Bayard) « Quel que soit votre métier, à un moment donné vous allez vous demander si vous n'êtes pas en train de perdre votre temps, et même si vous n'avez pas une activité pernicieuse. Vous pouvez être commerçant, archevêque, marin pêcheur, musicien ou médecin, tôt au tard vous aurez l'impression de perdre votre temps. Il existe une seule exception : si vous plantez des arbres, vous êtes sûr que ce que vous faites est bien »

Partager

Agriculture : Bio et Local !

Développer l'agriculture bio, grâce à des aides à la reconversion. Favoriser l'approvisionnement local, les circuits courts. Inciter les restaurations collectives (cantines, , maisons de retraites...) à consommer bio et local.

Partager

Agriculture : la terre et la propriété

La terre doit être une propriété collective distribué au paysan qui veut la cultiver. Celui-ci en a la jouissance tant qu'il est actif. A la cessation de son activité, elle revient à un nouveau paysan. Bref la terre n'est pas héritable, elle appartient temporairement à celui qui l'exploite (bien que ce mot ne soit pas le plus approprié). Plus globalement "le droit à la propriété" doit être redéfini et limité (par exemple qu'au logement).

Partager

Droits des animaux

Interdiction progressive de la chasse de loisir et de l'agrainage sur tout le territoire français. Interdiction des animaux sauvages dans les cirques et fermeture des delphinarium. Contrôle accru dans les parcs zoologiques. Interdiction pure et simple de la vivisection. Contrôles accrus dans les exploitations agricoles et les abattoirs au sujet de la maltraitance animale. Pour les abattoirs, la sanction sera la fermeture totale (avec réorientation professionnelle et suivi psychologique des ouvriers). Interdiction progressive de la production du foie gras, excepté sous la forme (qui fonctionne) consistant à laisser s'engraisser les animaux de leur plein gré, ainsi limiterons-nous la barbarie dont souffrent des milliers d'oies et de canards tous les ans. Il s'agira, dans un premier temps, de revenir sur la disponibilité du foie gras tout au long de l'année: sa vente ne sera autorisée que durant la période naturelle (cf. production de foie gras dans l'Egypte antique) qu'est la fin de l'année (décembre, notamment).

Partager

Interdire les fumigations aériennes(Chemtrails)

Depuis plusieurs années nous voyons dans le sillage de certains avions des traînées blanches sur plusieurs kilomètres et que l'on chercherait à nous faire prendre pour de la condensation due à la chaleur des réacteurs... Je ne suis pas ingénieur mais en toute logique quand je regarde une casserole d'eau bouillir, il me semble évident que cette vapeur est produite par la chaleur en dessous et celle-ci virevolte jusqu'à 30 centimètres en hauteur. Alors à mon sens il faudrait que le moteur à réaction produise 1 millions de degrés pour laisser des traces sur des kilomètres. Il est de toute importance de savoir pourquoi ses avions pulvérisent et qu'est-ce qu'ils pulvérisent. Cette pollution n'est pas normale, nous avons le droit de respirer un air pur...

Partager

Lutte contre le consumérisme.

Augmenter la durée de garantie des produits marchands, en particulier électroniques, de plusieurs années et pour un minimum de 10 ans, afin de lutter contre l'obsolescence programmée et le gaspillage.

Partager

Limitation des emballages plastiques

Je propose de réduire drastiquement l'utilisation du plastique dans nos sociétés et de revenir dans un premier temps sur l'utilisation du verre dans les produits de consommation courant tels que les boissons et yaourts. Ce changement serait accompagner du rétablissement des consignes permettant la réutilisation du verre et de son recyclage comme c'était le cas dans les années 70-80. Parallèlement, Il faudra mettre l’accès sur la recherche vers des emballages plastiques écologiques à base de plante, totalement biodégradable et inoffensifs pour la nature. La pollution des océans est un enjeu énorme pour la sauvegarde de la biodiversité et pour la qualité de vie des génération futures. Ne fermons pas les yeux, sur ces continents de plastiques qui mettent en péril l'avenir de l'humanité. La France a un rôle à jouer et doit montrer au monde la trajectoire à adopter pour une économie éco responsable.

Partager