Engager la planification écologique

banniere_planification_ecologique_jlm2017.png

Le changement climatique a commencé et s’accélère. Il menace de détruire le seul écosystème compatible avec la vie humaine. Comment passer à un autre mode de production et d’échange ?

Sur cette page, vous contribuez au projet pour le chapitre « Engager la planification écologique »

Pour faciliter la prise en compte de votre proposition, merci de respecter quelques règles au moment de remplir le formulaire ci-dessous :

  • Ne proposez qu’une seule idée par contribution. Si vous voulez proposer plusieurs idées, remplissez plusieurs fois le formulaire.
  • Vérifiez que votre proposition correspond à l’un des thèmes suivants :
    • Energie
    • Transport
    • Déchets
    • Bien communs
    • Agriculture
    • Aménagement du territoire
    • Grands projets inutiles
    • Production
    • Consommation
  • Commencez votre titre par l’un des mots-clés ci-dessus
  • Complétez le titre par une description aussi claire que possible de votre idée

Exemple de titre : « Agriculture : aider les jeunes paysans à s’installer »

Les contributions au projet sont désormais fermées. Rendez-vous dans les actus pour plus d'information sur la suite du processus.

Lire les contributions


Agro foresterie

Nos instituts de recherche promeuvent l'opération "4 pour 1000" pour lutter contre le réchauffement climatique https://inra-dam-front-pad.brainsonic.com/les-sols-pour-la-securite-alimentaire-et-le-climat-video-311848.html Ce lien est très explicatif et je pense que le projet pourrai intégrer cette solution et surtout impliquer la communauté des chercheurs Je vous engage fortement à visionner le lien. Merci

Partager

Atelier vélo participatif et solidaire

Promouvoir l'usage de la bicyclette en ville et en milieu rural par le développement et le soutien à des ateliers vélos participatifs et solidaires d'auto-réparation. Ces lieux d'apprentissage et de tissage de lien social permettent de sensibiliser les gens sur le réemploi et le recyclage, la santé, l'environnement, Ils mettent en lumière la véritable force du vélo, véritable outil de changement du système.

Partager

Energie

Faire mettre systématiquement sur le toit des immeubles neuf des éoliennes circulaires, des panneaux solaires, pour l'eau, faire de la récupération des eaux usées (douches,etc.) une priorité afin qu'elle serve a un autre usage exp: les toilettes Pour les immeubles ancien mettre en place des crédit d'impôts et incité les français à passer à ces nouveaux modes d'énergies.

Partager

Aider les entreprises écoresponsables

Orienter l'économie et vers la mer et le durable en exonérant d’impôts les entreprises qui s'engagent, embauchent et innovent dans l'économie de la mer en respectant l'écosystème.

Partager

Aménager un réseau d'eau grise

L'eau potable est un bien précieux qui est utilisé à tort et à travers. Il n'y a aucun besoin de tirer les chasses d'eau, de laver du linge et peut-être même de prendre des douces avec de l'eau potable. Pourquoi ne pas créer un réseau d'eau grise parallèlement à celui d'eau potable qui nécessiterait moins de traitements que celui de l'eau potable, donc de l'eau moins chère à produire, et permettrait aussi de créer des emplois sur une durée déterminée,le temps de la création de ses infrastructures.

Partager

Planification écologique et agriculture paysanne

L'agriculture industrielle, a, entre autres dommages collatéraux, délaissé ou mal exploité les îlots agronomiques de qualité. Le sens paysan se caractérise par une optimisation des ressources et du terroir immédiat, par exemple les bords de rivières voués au maraîchage, les coteaux bien exposés voués à la vigne. À la logique de remembrement du vingtième siècle doit succéder une logique de « démembrement » du vingt et unième. Il s'agit à la fois d'une réforme agraire et sociale, donnant foncier contre engagement aux initiatives individuelles paysannes et de l'ESS. Elle doit en effet intégrer les politiques et dispositifs étatiques d'assistance, d'insertion, de réinsertion et de coopération, qu'ils soient destinés à l'individu ou aux branches associatives. Elle doit répondre aux problématiques de chômage, de logement, et de rupture du lien social. Elle ne doit pas être la seule réponse mais cela ne retire rien à l'exigence précédente. Les bords de rivière, les zones de plaines périurbaines et les zones dépeuplées sont les premières visées par des mesure de préemption ou d'obligation locative. Le revenu d'existence est, entre autres considérations, corrélé à la participation aux dispositifs. Le temps de service national est rétabli et y est intégré. Les îlots communautaires d'agriculture paysanne, puis de transformation, cumulent donc des missions de production, d'éducation, d'aménagement du territoire et des espaces naturels. Ils sont une source alimentaire, de savoirs-faire retrouvés ou inventés, de savoirs universitaires en techniques et sciences humaines, en relation directe avec le terrain. Ils intègrent, selon la capacité d'initiative de ses acteurs premiers, accompagnement et encadrement républicain. Ils impliquent la rédaction de cahiers des charges et d'objectifs écologiques, civiques et de production. Le mitage ne constitue un problème que dans le cas d'habitats non éco-construits. L'état doit permettre, valider, soutenir, imposer cela, et c'est encore dans le champs de ses prérogatives. La terre aux paysans, et un ouvrier-paysan, cela s'appelle un métayer. Rien ne dit qu'il ne doive être ni fonctionnaire, ni révolté.

Partager

Planification écologique et agriculture industrielle

La terre est un système thermodynamique ouvert, il y entre de l'énergie solaire. Elle comporte une source d'énergie résiduelle, géothermique. La vie est, poétiquement, une conversion d'une part de ces énergies pour nier l'entropie. Les monocultures mènent aux déserts. Les meilleurs rendements agronomiques sont agroforestiers. L'agroforesterie repose sur la transformation agronomique maximale de l'énergie solaire, en somme la gestion de l'ombre. On peut réorienter l'agriculture industrielle en intensifiant cette logique. Les grandes parcelles doivent passer d'une logique d'assolement à une logique de productions combinées. Outre la plantation d'arbres et de haies, on peut combiner les cultures industrielles sur le même espace et dans le même temps de production. Ainsi on obtient des champs en îlots et bandes de céréales, intégrant herbacées et arbustives,   semées et plantées, sarclées ou non. Les assolements se font in situ, par décalage des bandes. Les schémas de production sont encore à préciser, mais certains fonctionnent déjà. C'est surtout le champs de l'expérimentation qu'il ne faut pas laisser aux grands groupes. Les filières industrielles du machinisme agricole doivent se redéfinir dans ce sens, jusqu'à une « largeur de bande » minimale. La biodiversité se moque que les essences soient plantées en rangs. Les puits de carbones sont de deux sortes, verts (biomasse vivante, ligneuse notamment) et noirs (charbon de bois). L'adjonction de charbon de bois aux sols est peu coûteuse et, après expérimentation et encadrement, peut et doit s'avérer extrêmement porteuse du point de vue de la régénération des sols. Le pilotage de la pyrolyse doit et peut permettre la production simultanée de carbone stocké intelligemment, d'hydrocarbures à HVA chimique, de chaleur utilisable en cogénération. Dans une logique d'écologie industrielle, de petites et moyennes unités de production charbonnières sont envisageables, et à adjoindre à des productions agricoles à HVA, sous serres. La combinatoire rend à l'agriculteur ce qui fait la noblesse de son métier, l'adaptation à son terroir. Au sens politique, elle conduit à la déclinaison de buts, et d'objectifs répondant simultanément à plusieurs problématiques. Le mieux n'est pas l'ennemi du bien, il en est le chemin. Seul le temps presse.

Partager

Production Déchets

La production doit être soit produite de qualité militaire, garantie a vie afin que l'on produise une bonne fois pour toute ce dont nous avons besoin soit la production doit etre entièrement recyclable et recyclée. Donc soit l'objet produit est destiné a durer toute la vie, soit il est destiné à être entièrement recyclé. Cela implique la création d'une filière de la réparation des produits garantis et une importante filière de recyclage.

Partager

ECOLOGIE AGRICULTURE ET TRANSPORT

La france possède un puissant atout écologique : la culture du chanvre avec plus de 48 000 tonnes en 2013 représente 71% de la production mondiale. Cette plante a des atouts considérables: _cordage _papier (billets de banque,papier bible) _Elevage (litières, paillis, alimentation animale) _ bâtiment (béton de chanvre, excellent isolant extérieur et intérieur concurrentiel à la laine de verre _combustible pour moteur _alimentation humaine (huile, farine sans gluten,...) Nous pouvons planifier le développement d'industrie de transformation alimentaires,agricoles et industrielles au plus près des zones cultivées et favoriser ainsi l'exportation de produits finis.

Partager

Transport: Stop à la route pour le transport de Marchandise passer au Ferroviaire ou Fluvial

Il faut arrêter le transport de marchandise et même de voyageurs par les routes (Bus loi Macrons) et passer sur du ferroviaire ou fluvial pour les longues distances le petrole c'est la fin il faut dés maintenant passer à autre chose et en ferroviaire on a de quoi faire en France et ensuite pour les derniers km le faire en transport camion c'est possible en Suisse c'est déjà en place et la on pourra remettre l'écotaxe pour ce qui ne veulent pas.

Partager

Aménagement du territoire: Réhabilitation au lieu de destruction

Au lieu de construire neuf réhabilitions ce qui est déjà en place et à l’abandon par moment arrêtons de prendre sur les terres agricole qui nous nourris chaque jour et si on ne peut pas réhabiliter détruire et reconstruire au même endroit

Partager

biodiversité : sauvez la nature pour ce qu'elle est !!

Toute l’écologie d'aujourd'hui est centrée sur l'Homme. l’énergie , les déchets, l'eau tous cela ne sert que quelques grands groupes. Personne ne s'occupe plus ( en se qui concerne nos politiques ) de la faune, de la flore et des habitats. Des associations se battent avec des moyens sans cesse en baisse, la biodiversité diminue chaque année. Il est temps de s'occuper de sauver la nature pour ce qu'elle est et non juste ce qui nous est utile ou rentable. Au delà des problèmes d’énergie, de gestion des déchets , d'agriculture, et de traitement de l'eau, il faut redonner aux associations de protection de la nature les moyens d'accomplir leurs missions , augmenter le nombre et la taille des réserves naturelles, crée des corridors biologiques, recréer les talus et haies bocagères , changer les réglementations de la pèche et de la chasse, lancer un plan national de lutte contre les espèces invasives... les chantiers dans ce domaine sont très nombreux !

Partager

Production / Consommation / Education : des produits plus sains pour moins de normes aberrantes.

Les normes en collectivité sont le résultat d'une production-poison. Si les produits étaient sains parce que produits localement et proprement, les normes du type "on-javellise-fruits-et-légumes" n'auraient plus lieu d'être. Sortons de la politique du risque 0 inaccessible, acceptons de vivre sainement avec - oui - un risque qui s'amoindrira au fur et à mesure que notre environnement se régénérera.

Partager

biens communs et agriculture: tout est lié!

Développer de manière plus accrues les potagers citoyens afin de redonner du sens au partage et à l'éducation des plus jeunes. Ainsi, tout les gens à court ou moyen terme pourraient, de leur plein gré, réaliser que l':"on hérite pas la Terre de nos ancètres, on l'empreinte à nos enfants". Merci Mr Mélenchon pour l'espoir que vous donner à ceux qui vous écoutent. Il manque peu de leviers à activer pour que tous, nous puissions nous élever.

Partager

Production: Réduire correctement et doucement la part du nucléaire

En ne construisant plus que tous les bâtiments publics avec un mix Photovoltaïque et eau chaude solaire, rapidement. En imposant la construction HQE et la production photovoltaïque sur tous les nouveaux bâtiments. En faisant usage de la géothermie pour tous les immeubles de bureau et immeubles collectifs. Tous les incinérateurs devront faire de la cogénération (eau chaude et électricité)... Il faut sortir d'un modèle de production d'énergie extrêmement centralisé vers un modèle décentralisé avec une production du coup plus proche des consommateurs. Ceci permettrait de créer des emplois, de réduire notre empreinte carbone, et de réduire nos besoins, permettant in extenso, à terme, de se débarrasser doucement de nos Tchernobyls en puissance et de la quantité de saloperie que ceux-ci produisent chaque année...

Partager

Plantons des Arbres

Il faudrait créer des initiatives qui commencerais déjà en maternelle, avec prise de conscience qu'il nous est obligatoire aujourd'hui de pomper le carbone que nous avons envoyer dans l'air depuis la révolution industrielle, quoi de mieux qu'un arbre par citoyen, et par mois pour récupérer tout ce carbone. Une solution simple, rapide 70 millions de français X 12 = 840 millions d'arbres (rien que pour la France. Idée certes loufoque mais jusqu'à preuve du contraire je ne vois pas comment inverser cette machine qui s'emballe. Cristofe.

Partager

Economies d'énergie

Nous vivons dans un pays avec de nombreux logements anciens, une façon de réduire notre consommation (et de fermer des centrales nucléaires) serait d'inciter les propriétaires, via des crédits d'impôts, à rendre les logements plus efficaces d'un point de vue énergétique sous une période de dix ans. Encourager une transition vers une agriculture biologique en relevant les normes de qualité serait également souhaitable.

Partager

Consommation : fin de l'obsolescence programmée

Tous les biens de consommation vendus en France bénéficieront d'une garantie pièce et main d’œuvre minimum de 5 ans ou 10 ans selon leurs usages. Tous les biens de consommation importés ou non ne répondant pas à ses critères feront l'objet d'une TVA alourdie (ou taxe écologique) correspondant à deux fois le cout de la garantie. Tout les biens de consommation vendus en France devront être réparable et recyclable et conçus pour cela. Tous les biens de consommation importés ou non ne répondant pas à ses critères feront l'objet d'une TVA alourdie (Ou taxe écologique) compensant deux fois le coût de la réparation ou du recyclage. C'est simple et efficace.

Partager

Energie : vers une décentralisation de la production énergétique

Orienter systématiquement et volontairement les choix énergétiques (subvention) vers de la production locale d’énergie renouvelable. Permettre aux villes et village de France, groupement de producteurs agricoles ou industriels, de particuliers,..., de produire et vendre, sans passer par EDF, leur production énergétique afin de les rendre autonomes et de tirer collectivement un revenu de leurs investissements. Aller vers une décentralisation de la production et de la consommation énergétique.

Partager

Canal Seine-Nord, le « grand chantier inutile imposé » oublié ! (3)

EELV est la seule force politique à avoir dénoncé ce projet. Barbara Pompili l’avait vivement combattu. Mais son intégration au gouvernement ne va pas favoriser son expression à ce sujet.

Que faire face à ce projet ?

La rareté et la timidité des réactions face à ce projet posent question.

Les impacts écologiques, financiers, économiques du projet seront pourtant particulièrement lourds. Loin de concourir au développement local attendu, la réalisation de ce méga-chantier va perturber le fonctionnement hydrologique de la région, peser sur les finances locales au détriment de réalisations et d’investissements socialement utiles.

Mais la région est dévastée économiquement, et depuis si longtemps ! N’importe quel discours qui offre une promesse de développement économique éveille intérêt et espoir. Comment peut-on se permettre de refuser un projet qui contient une promesse de développement ? Si peu que ce soit ….

Lutter contre ce projet pharaonique ne peut se résumer à une simple dénonciation : elle ne peut être entendue. La seule réponse qui pourrait l’être consiste à faire œuvre d’imagination : avec les sommes que les collectivités territoriales et l’Etat prévoient d’engloutir dans le canal, quels investissements socialement utiles, quels projets de relance d’une économie locale de proximité pourrait-on mettre en œuvre ? Investir dans la réfection des canaux déjà existants actuellement laissés à l’abandon coûterait beaucoup moins cher, favoriserait pour le coup les entreprises et l’emploi local. C’est déjà une première piste.

Pour une analyse de ce projet : https://www.ensemble-fdg.org/content/le-canal-seine-nord-europe-futur-grand-projet-impose-inutile

Partager